Communication explicative

Les métiers de l’industrie du futur

La transition vers l’industrie du futur représente donc un défi majeur pour les entreprises. Elle modifie la dimension technologique, les enjeux humains et organisationnels, à commencer par les emplois touchés par l’automatisation.

Les mutations technologiques et organisationnelles transforment le contenu des tâches dévolues aux salariés et se matérialisent par de nouvelles compétences à acquérir. Les salariés doivent être plus qualifiés et agiles dans les apprentissages, être en capacité de travailler dans des organisations plus mouvantes, moins hiérarchiques et reposant sur une communication beaucoup plus dense.

Les défis sont nombreux.

Les individus doivent acquérir en formation initiale et tout au long de la vie les compétences techniques et relationnelles nécessaires.

Les entreprises, doivent attirer les talents et investir davantage dans la formation permanente de leurs employés.

Les territoires et les États doivent anticiper les mutations et accompagner les personnes dont les tâches se sont transformées, dont l’emploi est menacé, pour les aider à acquérir les compétences leur permettant de s’adapter.

Les métiers de l’industrie du futur

Cinq modalités d’action peuvent aider à réussir cette transition.

  1. Anticiper et accompagner les mutations au niveau des territoires pour permettre aux entreprises de trouver les compétences dont elles ont besoin et aux individus d’acquérir ces compétences.
  1. Anticiper l’impact du numérique sur l’organisation des entreprises qui modifie leur structuration et les modes de travail des collaborateurs, le rôle de chacun et les relations sociales. Les indicateurs de compétitivité-coût, par exemple, ne sont plus les seuls outils de mesure de la performance. Les nouvelles modalités de travail (responsabilité, autonomie, collaboration, etc.) permettent aussi de gagner en qualité, innovation et créativité.
  1. Développer les compétences numériques et transversales dans la formation initiale, et cela dès le plus jeune âge, pour mettre à jour les connaissances et mettre en avant les compétences transversales (apprendre à apprendre, travailler en équipe, organiser son travail de manière autonome, prendre des initiatives, etc.).
  1. Organiser la formation tout au long de la vie car les connaissances et les pratiques professionnelles évoluent rapidement. L’apprentissage permanent, théorique et pratique, doit devenir prépondérant.
  1. S’appuyer sur les technologies numériques d’apprentissage qui changent la manière d’accéder à l’information et la manière d’apprendre. De nouveaux outils pédagogiques sont disponibles, comme les simulateurs, les serious games (jeux sérieux), avec des formes nouvelles (MOOC, SPOC et vidéos de démonstration) soutenus par des supports plus collaboratifs (forums d’entraide et de discussion).

Cette révolution numérique est sans doute une chance pour combler le retard d’investissement productif pris par la France pendant la dernière décennie et ramener l’industrie au meilleur niveau mondial.

Si vous souhaitez faire découvrir l’impact du digital sur les métiers, contactez-nous pour faire intervenir la boite à outils numériques® avec sa thématique « métiers industriels ».

VOUS PARTEZ DÉJÀ ?

Inscrivez-vous à la newsletter de la boite à outils numériques®, le futur vous attends !